Tu ferais mieux de garder tes caps lock pour toi

Il y a le garçon vraiment trop vieux pour toi qui veut fort que tu lui fasse à souper dans sa cuisine à lui;

Il y a celui que t’as jamais rencontré en personne, mais trop souvent sur le web;

Celui qui ne se peut plus de te déclarer son amour par l’entremise de messages textes beaucoup trop explicites, à toutes heures du jour et de la nuit;

Celui que tu croises coin St-Laurent/Mont-Royal, et qui te dit que tu es belle;

T’as envie de leur dire de se calmer, que c’est foutrement plate l’amour déjà acquis, que ça fait peur un peu, aussi.

L’affaire c’est que ton coeur est déjà pris (tu dirais même «pour-toute-la-vie»), il y a un autre gars, un surhomme, qui fait le mort plus souvent qu’autrement, qui veut pas quand t’es là, qui veut quand t’es pas là… Qui a vraiment hâte que tu te trouves un vrai de vrai amoureux qui t’aime pis que t’aimes toi avec, parce qu’il serait temps de passer à autre chose, là.

C’est le garçon chez qui tu ne vas pas cogner à l’improviste, même si tu passes sur sa rue quatre fois en une soirée, même si tu penses à lui en passant sur sa rue quatre fois en une soirée. Trop peur qu’il soit occupé, occupé à écouter le hockey, occupé à essayer de t’oublier.

Tu veux pas avoir l’air rushante tsé. T’as décidé de lui donner du temps, deux jours, une semaine, six mois, le temps qu’il faut pour tout étioler.

***

 Tu vois les autres filles, sur toutes ses publications Facebook, sur son compte Instagram. On dirait qu’elles croient que les relations sont basées sur le nombre d’interactions sur les réseaux sociaux.   Déclarations d’amour en caps lock tout le kit ben oui. Chaque fois elles commentent, pour rappeler qu’elles existent. Tu te dis qu’elles pourraient l’appeler dans sa vraie vie, si elles ont tant de choses à lui raconter. Elles doivent préférer l’idée de voir leur nom pis leur face de profil attachés à tous ses statuts pseudo-comique de garçon au dessus de ses affaires – mais qui utilise encore l’expression FTW, tsé. Ça pogne en masse, les yeux de bord de mer pis les faces de chats, que tu te dis.

Quand tu penses à lui tu pleures comme on évite habituellement de pleurer, c’est pas entièrement de sa faute, c’est beaucoup l’exaltation. Phénomène qui se produit généralement la nuit, la nuit quand il n’est pas là et que ça fait plusieurs semaines que c’est comme ça. Vous faites même plus l’effort d’entretenir votre correspondance virtuelle. Vous vous êtes laissés sur une joke qui a mal tournée, qui sous-entend une fois de plus qu’il faudrait mettre des choses au clair. Mais si on se fie à l’historique de votre non-relation, ça va se terminer par une suite de *follow/unfollow* *unfriend/block/unblock/block* *oups misclick!!!* … faque laissons donc tout flotter. En attendant.

***

C’est le garçon qui te laisse en plan, qui t’écrit quand c’est trop tard. Qui invente des excuses pour ne pas avoir l’air de préférer travailler au lieu de te voir. Le garçon qui a eu peur et s’est enfui trop souvent.

Ce gars-là, c’est ton surhomme à toi, tu sais que tu ne seras jamais taggué dans sa vie (ou sur sa timeline Facebook je sais pu…), 

(she) was never here, 

mais c’est le seul que tu veux, c’est lui que tu choisis… parce que t’es nouille un peu, parce que c’est compliqué.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s