Marie-Hélène et son homme-bas d’nylons

Des bas de nylons, un rituel, la chambre à coucher.

La belle Marie-Hélène aime se préparer, c’est une activité en soi, qu’elle dit. Elle aime ça, mettre du rouge, du rouge sur ses lèvres, mettre du noir, du noir sur ses yeux, enfiler des bas filet; Marie-Hélène aime enfiler ses bas devant son musicien, on dirait qu’elle a des jambes fumées comme des lunettes de soleil, ça ressemble à des jambes fumées qu’elle dit. Sa semi-relation, Olivier, la regarde faire et même qu’elle aimerait ça qu’il se déguise en fille, qu’il participe aussi. Même qu’elle lui a demandé si elle pouvait le regarder, lui, se mettre du rouge sur les lèvres, se mettre du noir sur les yeux, enfiler ses bas filet.

Il a dit non.

Marie-Hélène est déçue mais elle n’insiste pas, elle oblige pas Olivier à rien, elle voit bien que ça le rend mal à l’aise. Lui, il préfère la regarder dans ses rituels, c’est correct, il veut pas avoir l’air d’un travolo, ça le buzze trop.

Les bas de nylon, le fétichisme, du caramel.

Marie se prépare, ils vont rejoindre des amis au restaurant,

elle se prépare et sa semi-relation l’attend,

Comme d’habitude,

fauve, il l’attend et l’observe.

Plus tard dans la soirée, un à côté d’l’autre à table, un à côté d’l’autre proche, ils en sont au dessert, jusque là, rien à signaler. Ils partagent une crème caramel, doucement – et là – le musicien ne sait plus se retenir, se retenir de quoi ? Il a des démangeaisons dans la main, sa main posée sur la cuisse de Marie, comme de fait, sa main se referme, agressive, les bas de nylons serrés trop fort, le tissu fragile qu’on aggrippe qu’on étouffe entre les poings, y’a du monde, qu’est-ce que vous faites ? Le tissu s’effilochent sur les jambes de la belle brune, le tissu se perce et éclate et les gens regardent, les gens sont spectateurs, Marie fait la fille qui s’en fout, mais au fond d’elle, elle est plus énervée que jamais, au fond d’elle, l’explosion. Un silence chargé plane un instant et…

… tout le monde rit, d’un coup, pour désamorcer (On rit toujours pour désamorcer). Ça détend un peu l’électricité dans l’air, ça détend les convives. Ils essayent de voir ça comme une blague. C’est-tu une blague ?

En tous cas, Marie a de plus en plus envie de voir Olivier avec des bas résille, l’idée est là, étrange et primitive, l’idée ne la quitte plus.

Des bas de nylons, jusqu’au bout.

À l’halloween, Marie-Hélène a fait promettre à son chum de se costumer en elle, vu que c’était l’halloween, il a dit:«Ok, d’abord.», depuis le temps qu’elle le persécutait… La pulpeuse portait un costume de gros gâteau qui a l’air de goûter bon. Olivier, une robe pis une perruque blonde, du rouge à lèvres et, bien évidemment, des collants. Il s’attendait pas à ça, il aurait pas cru que ça lui ferait d’quoi mais.. Après avoir passé 15 minutes devant le miroir, 15 minutes longues d’excitation incompréhensible et de gêne mêlées, il se voyait déjà en faire plus: Ajouter de la couleur sur ses ongles, mettre des talons hauts, faire tomber l’une des bretelles de sa robe pour qu’on voit bien ses épaules, moue boudeuse et overdose de gloss, démarche ronde, sous-vêtements invitants, épilation, nombril percé, bref, après 15 minutes, il avait déjà la piqure, lui là; et pendant qu’il se testait la féminité dans le miroir du passage, Marie ne se sentait plus du tout agitée à l’idée que son chum s’habille en elle, finalement, teminé le mouillage de fifille pour les hommes-bas d’nylons, Olivier trippait trop, Marie-Hélène était complètement turned off.

Alors y’a eu une séance intense de chialage inutile on-sait-pas-trop-comment-ça-a-commencé. Y’a pas eu de sang mais presque. Y’a eu un beau frette de fin de journée et après, y’a plus eu de fun entre l’eux deux du reste d’la soirée.

D’ailleurs, ils ont fêté l’halloween chacun de leur bord, en fin d’compte.

Y’a pas de moral à c’t’histoire-là me semble mais… Astheure, Marie-Hélène cache ben comme faut ses bas d’nylons pis son maquillage pis ses cossins de barrettes à cheveux pis ses rubans pis ses patentes en dentelle. Fini le partage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s