Découvrez Miharu Matsunaga

Je fouillais sur les internets à temps perdu et je suis tombé sur cette artiste japonaise qui fait des trucs qui, selon moi, sont cool. Miharu Matsunaga est une artiste-designer-photographe de seulement 22 ans qui qui a étudié le design graphique et qui travaille aujourd’hui dans une célèbre agence de pub à Tokyo, en plus de se consacrer à ses nombreux projets personnels.

Un de ses projets les plus connus est Ten Ten, heureuse combinaison de pointillisme et d’art public. (On aime ça l’art public, on vous en a d’ailleurs parlé ici.)

         

Dans le même ordre d’idées, elle aime allier art public et publicité, comme pour la campagne You can play everywhere de Nike.

         

Bref, elle est jeune et cool, pis on va fort probablement en réentendre parler!

Un peu d’histoire : Armani

L’homme derrière la marque

Giorgio Armani, reconnu pour sa griffe sobre et élégante, a complété 2 années d’étude en médecine avant de se diriger vers le domaine de la mode. Il travaillera d’abord en tant qu’étalagiste, et ensuite comme styliste pour plusieurs grandes marques. Ce n’est qu’en 1975, alors qu’il est âgé de 41 ans, qu’Armani lance sa propre marque, à Milan en Italie.

Giorgio, avec un tan plus-que présent

4 lignes principales

La marque Armani se compose de 4 lignes principales, soient Armani Exchnage, Armani Jeans, Emporio Armani et Girogio Armani.

Armani Exchange est composée de prêt-à-porter peu dispendieux, destiné au jeunes citadins de 15 à 25 ans, masculins et féminins. Créée en 1991, cette division s’impose tout d’abord en Amérique, puis conquiert ensuite l’Europe.

Armani Jeans est un label créé en 1981 et disponible surtout dans des boutiques indépendantes, des jeaners, bien qu’il existe une quinzaine de boutiques à travers la planète. Les coupes sont jeunes et affichent souvent un logo de taille imposante.

Emporio Armani, un nom qui vous dit certainement quelque chose. Composée de vêtements, mais aussi de beaucoup d’accessoires, cette ligne se détaille plus cher que les deux précédentes. On considère cette division comme la plus haute gamme du prêt-à-porter, se situant juste en-dessous de la haute couture. Elle a vu la jour il y a 30 ans, en même moment qu’Armani Jeans.

Giorgio Armani est la ligne la plus onéreuse de toute la gamme et se situe parmi la haute couture de ce monde.

              

Plusieurs stars optent pour Girogio Armani lors de grandes occasions. Sur ces photos, on peut voir Deborah-Ann Woll et Leonardo Di-Caprio à la première de J. Edgar, le plus récent film de Clint Eastwood.

… et des divisons et des divisions et des divisions

Au fil de temps, la griffe Armani prit de plus en plus d’expansion, rejoignant ainsi d’autres marchés et d’autres publics. Aussi, elle fait équipe avec d’autres compagnies afin de créer des produits uniquse en y apposant sa signature.

Parmi les autres départements de la ligne, on retrouve Armani Junior (pour des kids ben à mode), Armani Casa (pour un chez-soi sua coche) et Armani Collezioni (un peu moins cher que du Giorgio, mais quand même pas dans mon budget).

Côté affiliation, Armani se tourne vers Samsung pour designer des téléviseurs et des portables, et aussi vers des spas, des hôtels, des Resorts, bref y’en a pour tous les goûts!

Dans les produits  »dérivés », on retrouve aussi 24 fragrances différentes, des accessoires de toutes sortes, des cosmétiques, des gourmandises (Armani Dolci) et l’espace Armani/Teatro.

Et j’en passe! En effet, il y a même eu un CD Armani, ainsi que des restaurants (Emporio Armani Express et Nobu), mais on préférait vous épargner!

                   

Quelques exemples de ce que fait Armani Casa.

Un avenir prospère

C’est avec plus de 500 boutiques dans 46 pays différents qu’Armani exploite aujourd’hui son empire. En constante évolution, la marque Armani est sans doute une des étoiles les plus brillantes du monde de la mode actuel.

Histoire de salle de bain

Histoire de chalet, histoire de barbe pas faite, histoire de petites filles folles.

De toi pis moi dans la salle de bain avec la porte barrée, dans la salle-de-bain-chambre à coucher, pas de drap pas de lit.

Les autres qui rient fort, la même tune sur repeat, y’a pu d’hier pu de demain, y’a ben rien que juste une salle de bain.

Moi qui détaille ton dos, qui mémorise tes clavicules, les fesses dans le lavabo.

Des lèvres qui se frôlent sans se toucher, qui s’agacent, des bouches qui jouent à la tag.

Des mots plus drôles que beaux, des idées mal tournées.

Tes mains dans mes cheveux, tes mains qui cherchent une faille, tes mains sous ma jupe.

Mon mojito qui prend le bord en même temps que mon chandail.

Des corps désorganisés sur le comptoir de mélamine, des cuisses qui bougent en canon.

L’autre bord d’la porte, les petites filles folles parlent fort, crient, chantent.

Nous on cherche un bout du monde dans l’espace contigu.

Dur à croire que ça soit juste une histoire de salle de bain.

Remise en question

Les relations sociales sont définitivement l’aspect le plus douteux de mon existence humaine. Je m’explique :

Tout le monde est allergique aux critiques, aux hypocrites, aux lançages de fleurs, aux visages à deux faces, aux traitres, aux wikipédias. On se ferme les yeux à l’aide de nos mains, les doigts entrouverts. On essaie de ne pas voir qu’à quelque part on est tous un peu comme ça, qu’on est tous allergique à nous même. À quelque part, on est tous un peu comme ça. Moi y comprise.

Pour développer des relations sociales, j’en viens à me dire qu’il faut avoir un don pour les complications. À défaut de devenir agoraphobe, à défaut de d’obtenir un rôle dans une pièce. Parce que oui, je considère mes relations sociales comme une pièce de théâtre. Une pièce où j’ai le rôle principal. Des relations fausses, pleine de monde faux. On met un masque pour que les gens vois ce qu’on voudrait être, mais en réalité les gens nous démasque, sans qu’on veuille l’accepter et on continu de jouer, même s’il n’y a plus de public. C’est un jeu à deux tranchant, à lequel on se fait avoir plus souvent qu’autrement.

On se fait prendre à notre propre jeux, parce qu’on devient une personne que nous même on ne connaît pas. On perd de notre authenticité, on devient des personnages, un peu comme dans un RPG. On fait des quêtes pour gagner du XP et pour monter de niveau. Mission 1, passé à travers l’adolescence, avec tout ce que ça implique + 500 XP. Mission 2 : payer des factures pour devenir un adulte +50 XP par bill. Up j’ai un kid +1500 XP… Quand nos buts principaux sont atteints, on est tous fière, mais on trouve notre jeu plat en criss.

On fait en sorte de se créer des relations tout au long de notre vie. Pour être aimer, pour continuer de jouer, pour augmenter en XP, pour être écouté… Foutaise! À croire qu’on aime ça faire des réactions allergiques.

Les relations, si ce n’est pas fait pour se remettre en doute, ça sert à quoi? On voudrait tellement être des meilleures personnes…

Dans mon cas, quand ce n’est pas une chicane d’amie, qui le fait, c’est ma face (ça m’arrive d’être allergique à moi-même, souvent). J’me pose tellement de questions sur ma relation avec mon chum que ce n’est pas sain pour la ‘’fameuse’’ relation. En fait, même un café latté m’amène à douter de la société…

Cette semaine, je suis allée chez la psychologue. J’ai pu en venir à une évidence qui me concerne : Je devrais me tourner la langue 7 fois avant de parler… Je devrais le faire aussi avant d’écrire.

Dear 13-year-old Me…

Récemment, j’ai réécouté le film 13 ans, un film très troublant et aussi un classique de mon adolescence.

(si vous ne connaissez pas ce film, cliquez ICI)

Ma vision du dit film n’était plus du tout la même que quelques années plus tôt… Et puis, il y a quelques jours, je suis tombé sur une vidéo faisant la prévention du cancer de la peau ou les gens s’adressaient à eux-même, lorsqu’ils avaient l’âge de 16 ans.

(pour voir la vidéo, cliquez ICI)

Autant de coïncidences curieuses m’ont amenée à me demander qu’est-ce que je me dirais si je pouvais m’adresser à moi-même, quelques années plus tôt…

Dear 13-year-old Me

Less is more. Surtout pour le maquillage.

Fumer, c’est mauvais pour la santé. De toute façon, les zones fumeuses tendent à disparaitre, tu verras.

Pas de teinture noire. Jamais.

Finalement, aucune Spice Girls ne se mariera avec aucun Backstreet Boys.

Les jeux d’alcool, c’est rarement une bonne idée…

Le garçon timide de qui tu ris deviendra vrm cute… Mets-le de ton côté! ;)

L’acné, ça finit par passer.

Une peine d’amour, ça fait mal, mais ça aussi ça finit pas passer.

Tu ne veux pas ressembler à ta mère, mais dans quelques années, tu seras exactement comme elle. Et ça ne te dérangera pas. ;)

Tu mérites d’être respecté. Par tout le monde.

Les profs aussi méritent d’être respectés. Même les remplaçant(e)s, hehe!

Britney spears va complètement dégénérer, ne la prends pas comme modèle.

Il ne te rappellera pas. Et c’est surement mieux comme ça.

L’autobus, c’est pas si mal. Une voiture, ça coûte cher et se chercher un stationnement, c’est chiant!

Jamais de percing sur un lendemain de brosse.

Rends visite à ta grand-mère, aussi souvent que tu le peux.