Ahhh Edouard…… !!!

Je me rappelle il n’y a pas si longtemps mais comme quand on a  14 ans.
Quand les seuls garçons avec qui on peut s’imaginer se marier,
que les seuls  avec qui on veut impérativement des enfants blonds comme Claude François
et pas en jouant à la bouteille,
en faisant à la manière des livres de biologie,
à la manière de l’infirmière de l’école,
à la manière de la petite précoce que tout le monde traite de pute dans la cour de récré,
faire des enfants, des pas vrais, là, mais des enfants, euh, dans nos têtes;
Ahh ces garçons avec lesquels qu’on se voit ben comme faut faire des bébés, hen….. !
Leonardo dans Titanic, Tom Cruise dans mission impossible pis Ashton Kutcher dans des films que…
ça vaut même pas la peine de se rappeler.
J’me souviens avoir eu 14 ans de même.
Sauf que j’ai vite délaissé les figures que je viens de nommer.
Je ne me querellais pas les Brad Pitt, Leonardo Dicaprio, Ashton kutcher, Tom Crrruise comme toutes les autres.
J’avais curieusement dévié.
Moi, m’sieur, je voulais rien savoir des icônes régulières, des stars faciles, des belles gueules sans matière.
Moi, monsieur, ce que je voulais, c’était de l’étincelant, de l’atypique, du déjanté, de l’inventif, de l’intello con,
de la tignasse impossible, du… très français : Je voulais genre Edouard Baer, bon.

J’étais pas normale, quoi; Je lisais Oscar Wilde et j’étais amoureuse de Baer.

(Y’a p’t’être un lien entre les deux, peut-être. Pas trop, non plus. Pas trop.)

Pourquoi je vous en parle ?

J’ai préparé des cartons-réponses, attention, j’étais prête, hein :

D’abord, le monde du fantasme m’intrigue. (Point.)

Toutes formes de névroses pré-pubères, aussi. (Point.)

La mince ligne qui sépare l’anonymat du «Tout le monde peut maintenant savoir ce que je mange pour déjeuner»,
encore plus ! (Point d’exclamation. Je vous aide, là !)

Finalement, et c’est la réponse que je préfère…

J’espère secrètement qu’Edouard Baer tape son nom sur google pour se tenir à jour sur lui-même.

Très objectivement, je me dis que, s’il tombait accidentellement sur mon article, il tomberait surement, par la même occasion, «accidentellement» amoureux de moi.

Logique.

Je ne conçois qu’avec humour l’amour improbable d’une gamine pour ces étoiles qui ne poussent pas dans l’ciel,

je vous rassure, hein, quand même !

Seulement… Il est tentant, parfois, de laisser ces bons vieux fantasmes inconséquents refairent surface.

Maintenant que c’est dit, je tiens à ajouter que,

Edouard Baer,

je lui ferais bin d’autres affaires que des bébés,

à l’heure où on s’parle.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s